Comme John + Aberdeeners

Comme John

Comme John, c’est un petit goût acidulé de pop anglaise sixties et de ballades pop’n folk qui place le groupe directement dans la lignée du duo First Aid Kit.
Duo féminin à l’univers bucolique, mêlant nostalgie et humour, Comme John a déjà enchaîné plus de 100 concerts depuis 2013, à travers la France et l’Europe, alternant scènes de musiques actuelles et salles intimistes où l’échange avec le public fait partie intégrale du show.

Au fil des rencontres et notamment de nombreuses scènes partagées avec des artistes pop — dont notamment Jil Is Lucky — Comme John s’est forgé une personnalité scénique originale, surprenante et attachante.

Les 2 voix féminines se mêlent singulièrement et forment des mélodies et arpèges détonants à l’instar des Beatles, de Revolver ou encore de Kings of Convenience. Le public retrouve au détour des sets, différents à chaque concert, les références chères au duo sosoral ; Serge, Barbara ou encore Elton.

Un univers planant qui évoque les thèmes du souvenir, du songe et de la nature et leur marque de fabrique : la Cosy French Music Touch – un ukulélé chaloupé, une flûte traversière survitaminée, un piano over-rythmé et une façon bien personnelle de revisiter la musique en live

Comme John, c’est doux, plein de caractère et de simplicité.

Chant, ukulélé — Claire Salvat
Composition, arrangement, cornet à pistons — Gaëlle Salvat


Aberdeeners

Sortir un premier album est toujours un exercice périlleux, à la hauteur de l’enjeu qu’il représente : transcrire des années d’écriture en quelques 45 minutes. A la veille de la parution de Rewind to the end, Aberdenners se voit dérouler le tapis rouge en figurant parmi les artistes « qui vont modeler l’année musicale 2015 » dans le très beau livre « L’année du rock français » de Laurent Charliot » en librairie depuis le 6 novembre.

Pourtant, ils auraient bien signé pour être nés de l’autre côté de l’Atlantique ou de la Manche, Aberdeen par exemple, ville écossaise jumelée avec Clermont-Ferrand. Aberdeeners est donc né sur des envies d’ailleurs mais aussi sur la certitude que, quitte à vivre dans une ville provinciale française, on n’est pas si mal dans la capitale auvergnate. Des guitares folks, parfois électriques, des harmonies vocales au millimètre, les membres d’Aberdeeners ont trouvé dans leur rencontre la recette d’un retour aux origines de la musique pop. Mais là où beaucoup se seraient contentés d’orchestrations dépouillées, ils convoquent tour à tour, contrebasse, ukulélé, piano, batteries, rythmes arty et section cuivre pour emmener leurs chansons évoquant les Kinks et autres Beatles vers des contrées moins empruntées : on pense à Fanfarlo, Local Natives, ou encore The Walkmen.

Chant & guitare — Yvan Cusumano & Victor Lafarge
Basse — Guillaume Fourier
Batterie — Damien Boutterige
Trompette — Aurelien Gendre
Cor d’harmonie — Benjamin Imbaud
Trombone — Geoffray Proye

mercredi 3 août 2016 à 20h30
Plein tarif : 8€ — tarif réduit : 5€gratuit pour les moins de 12 ans